Salle des batailles

Objet : création d’une salle d’exposition sur les batailles de Bouvines en Mons-en-Pévèle

Responsable : Cyrille Lemaire – Association Pévèle 1214-1304

  • Ouverture en fin 2012

Article Voix du Nord - PAR JEAN BISCHOFF

Cyrille Lemaire connaît l’histoire des bataillles de 1214 et 1304 presque sur le bout des doigts.

Pévèle 1214-1304, c’est l’association que préside Cyrille Lemaire. Ce professeur de français et d’histoire, adjoint à Mons-en-Pévèle, està l’origine du projet de création d’une exposition permanente sur deux batailles majeures de l’histoire médiévale : Bouvines en 1214 et Mons en 1304. Ouverture prévue au plus tard pour 2013.

Comment est née cette idée ?

« Il y a trois ans, avec Jean-Louis Pelon, alors président de la Société historique du pays de Pévèle, on a convenu qu’il n’y avait pas de lieu qui permettait de comprendre les batailles de Mons-en-Pévèle en 1304 et de Bouvines en 1214 où, pourtant, l’église et ses vitraux sont visités par plus de 10 000 personnes chaque année. Nous ne sommes pas si éloignés que ça et l’idée, portée par la municipalité, était de profiter de la renommée de Bouvines pour nous faire connaître. » > Comment travaillez-vous ?

« Il a fallu s’entourer de spécialistes. Le projet s’appuie sur une commission municipale, l’association Pévèle 1214-1304 et un comité de pilotage d’une quinzaine de bénévoles avec des élus, des Brugeois, des représentants du musée de Courtai et des spécialistes, dont Gérard Hugot, auteur d’un ouvrage sur la bataille de 1304, le responsable du centre médiéval d’Azincourt, la chargée de mission du conseil général chargée des musées thématiques et la communauté de communes pour le volet touristique. » > À quoi ressemblera cette salle des Batailles ?

« À l’étage de la médiathèque, nous disposons d’une salle d’environ 120 m² où sera installée l’exposition permanente. Ça ne sera pas un musée parce qu’on ne présentera pas de pièces originales et je ne sais pas si la dénomination de salle des Batailles est judicieuse puisqu’on y évoquera aussi la vie quotidienne au Moyen Âge et les relations amicales que nous avons nouées avec les Brugeois depuis 25 ans. » >

Qu’y verra-t-on ?

« Le travail est en cours, mais il faudra une présentation accessible à tous, qui ne sente pas la poussière et sans panneaux avec des kilomètres de texte. On imagine d’en faire un endroit ludique avec des jeux pour que les enfants s’approprient l’Histoire. En une heure, le visiteur devrait savoir ce qui s’est passé avec une scénographie, sur laquelle travaille Cyril Blondel, qui insiste sur les similitudes entre les deux affrontements mais qu’on pourra aussi découvrir de façon chronologique. Ce sera un moyen d’inciter à découvrir d’autres lieux : Bouvines, Courtrai, Bruges,.. La création d’une antenne de l’office du tourisme devrait aussi nous aider. » > Il y aura aussi un film… « Nous travaillons sur un court-métrage de 45 minutes qui donne la parole aux spécialistes, emmène le visiteur sur les lieux. On a aussi tourné à Versailles où sont exposés de grands tableaux représentant ces batailles, des oeuvres du XIXe siècle qui montrent qu’à l’époque elles étaient considérées comme des événements nationaux. » > Et côté financier ?

« Le film est financé à 70 % par le fond local du pays pévélois. Pour la scénographie, nous devrions bénéficier de l’aide la communauté de communes et s’il faut compléter, on ira chercher d’autres subventions. L’idéal serait d’avoir achevé le projet fin septembre pour le 25e anniversaire de nos relations avec les Brugeois mais, au plus tard, ce sera pour 2013. » •