Le temps d’un spectacle, le Marquettois Frédéric Vauchez devient roi de France

La Voix du Nord – 19/06/2014 – Pauline LASSAOUI

Lire l’article sur le site de La Voix du Nord

Du 3 au 6 juillet, Bouvines célébrera les 800 ans de la célèbre bataille par un grand spectacle son et lumière. Et c’est un Marquettois, Frédéric Vauchez, qui incarnera le rôle principal : celui du roi de France Philippe Auguste, qui remporta la bataille en 1214.4

Avec ses habits de ville, difficile d’imaginer Frédéric Vauchez dans la peau d’un souverain du XIIIe siècle. Mais une fois épée (factice) et bouclier en main, il incarne Philippe Auguste, qui renversa en 1214 la coalition menée par l’Empereur du Saint-Empire Otton IV, à Bouvines. Un rôle physique qui correspond très bien à cet ancien judoka et rugbyman amateur, qui fêtera ses 39 ans le 4 juillet prochain, lors des représentations.

Une aventure en famille

« Tout vient d’une idée de partager un moment familial, explique Frédéric Vauchez. Avec ma femme et mes deux filles, nous avions envie de faire de la figuration et l’occasion s’est présentée avec le spectacle de Bouvines 2014. » Pour le Marquettois, c’est le début d’une «grande aventure », lui qui souhaitait simplement participer aux scènes de combats. Incarner le roi Philippe Auguste, ce n’était pas prémédité : « C’est le hasard qui a fait les choses, ce n’était pas ma volonté d’avoir le rôle principal », précise-t-il avec beaucoup d’humilité.

En octobre dernier, son calme et sa prestance le font remarquer par la réalisatrice durant les ateliers scéniques organisés pour attribuer les rôles. « Je l’ai vu arriver, et je me suis dit : le roi, c’est lui ! », s’exclame Émilie Tommasi, metteur en scène du spectacle. « Quand il parle, les gens l’écoute, il incarne vraiment le roi », ajoute-t-elle. Elle lui propose le rôle et Frédéric Vauchez accepte « de relever le défi ».

« Un rêve d’enfant »

Confiant en sa préparation, le Marquettois ne ressent pas de pression particulière à l’idée de jouer pendant quatre soirs soir devant 1 500 personnes. « Il y a un peu de stress, c’est normal, mais pas d’inquiétude. Ce qui prime, c’est la concentration et la volonté de bien faire.»

Un expérience qu’il juge très enrichissante, tant sur le plan humain que personnel. « J’ai appris énormément de choses, découvert le monde passionnant du spectacle, tout en m’amusant car c’est un rêve d’enfant de jouer au chevalier. Et puis, j’ai découvert un milieu associatif très soudé, une vraie alchimie s’est installée entre les participants du spectacle. » Une alchimie qui se ressent durant les répétitions. L’ambiance est à la décontraction, et quand il s’agit de faire de l’humour, Frédéric Vauchez répond toujours présent. Pour l’Épiphanie, il a apporté des galettes des rois lors d’un entraînement et n’a pas hésité à remettre sa couronne en jeu… pour un soir !