Jean Vaillant retrace la bataille de Bouvines par la lorgnette des seigneurs de Bousies

La Voix du Nord – PUBLIÉ LE 08/07/2014 

Le président-fondateur du musée des Évolutions de Bousies, Jean Vaillant, passionné par l’histoire des seigneurs de sa commune, raconte la bataille de Bouvines dont est fêté cette année le 800e anniversaire.

1613728092_B973096888Z.1_20140708144542_000_G7I2PBAU1.1-0

Marguerite et Jeanne de Constantinople, lors d’une reconstitution au Musée des évolutions en 2010.

« La Bataille de Bouvines, en 1214 a eu à l’époque un grand retentissement en France grâce à la victoire du roi Philippe-Auguste. Elle intéresse aussi l’histoire des Seigneurs de Bousies, dont les nièces, Jeanne et Marguerite, étaient filles de Baudouin, Comte de Flandre et de Hainaut, devenu Empereur de Constantinople en 1204 à l’issue de la Quatrième croisade.

Devenues orphelines, Jeanne et Marguerite qui auraient dû être prises en charge par leur oncle de Bousies, le furent par Philippe-Auguste, cousin des Bousies. Il ambitionnait de s’adjoindre la Flandre, alors sous la suzeraineté d’Othon, empereur Germanique.

Une nièce mariée à la famille royale portugaise

Il emmena l’aînée Jeanne à Paris et la maria à Don Fernand, petit-fils du Roi du Portugal. La cadette se maria à 10 ans avec Bouchard, Seigneur d’Avesnes. Le mariage de Fernand et de Jeanne, à Paris, fut l’occasion de plusieurs jours de fête prolongée à Péronne. Les nouveaux mariés y apprennent que Louis VIII, fils de Philippe-Auguste, vient de conquérir des villes de Flandre acquises par Baudouin. Ils partent en Flandre et, avec des chevaliers flamands, des Anglais commandés par Guillaume de Salisbury, et d’Othon, empereur germanique, ils reprennent les villes et une partie de l’Artois.

Philippe-Auguste lève alors une formidable armée, aidé par un appel lancé à 39 communes, dont 17 l’aideront. La Bataille de Bouvines est longtemps incertaine. Philippe lui-même est renversé de cheval, Othon a son cheval tué sous lui, Fernand est blessé et fait prisonnier. 110 chevaliers flamands sont captifs des Français.

Sept années de règne

Avec cette victoire, le retour de Philippe-Auguste à Paris est une marche triomphale, les églises sonnent, le peuple crie : « Ferrand, te voilà ferré ! ». Cette victoire fait éclater en France le patriotisme.

Fernand sera détenu à Paris dans la nouvelle Tour de Louvre où il restera enfermé 13 ans. Il sera libéré par Blanche de Castille, veuve de Louis VIII, fils de Philippe-Auguste. En Flandre, Jeanne et Fernand, pendant sept années de règne, firent de grandes œuvres. Devenue veuve, elle continuera de nombreuses œuvres pieuses dont une aide à l’hôpital Saint-Sauveur à Lille et la construction de l’Hospice Comtesse à Lille.

Encore jeune et belle, grâce à l’intervention du roi Saint-Louis et de Marguerite de Savoie, elle se remarie avec Thomas de Savoie et devient ainsi tante de Saint-Louis. Les deux époux continueront toutes les œuvres de bienfaisance de Jeanne. La Bataille de Bouvines aura donc sans doute peu intéressé l’Avesnois, sauf Bousies par son seigneur Wauthier, cousin de Philippe-Auguste et oncle de Jeanne de Constantinople, l’épouse de Fernand vaincu à Bouvines. »