La Fontaine Saint-Pierre : son roi, son général, sa souscription

C’est un des endroits les plus reculés de Bouvines. On y accède par une ruelle, en contrebas de la rue Félix Dehau. On plonge le regard dans la cavité et on fait un bond de huit cents ans en arrière ! Ici surgit une petite fontaine. Ici aussi surgit l’Histoire. Celle de 1214, et celle de 1914.

 

D’abord, on raconte que Philippe-Auguste s’y serait désaltéré avec ses troupes, le dimanche 27 juillet 1214, avant de se battre. Le troisième vitrail de l’église de Bouvines le montre au pied de cette fontaine, recevant l’hommage féodal de ses chevaliers. Ensuite, c’est un fait. C’est une des plus grandes familles de Bouvines, la famille Deffontaines, qui a offert ce vitrail à l’église de Bouvines. La fontaine leur appartenait, avec le « Petit Château », le joli manoir, dont on aperçoit aujourd’hui l’image blanche et paisible en arrivant de Sainghin. L’édifice est hanté par la mémoire d’un autre héros de Bouvines, qui l’a habité et qui a eu un destin tragique : le Général Achille Deffontaines.

 

En 1914, c’est un des fils de la Ferme de la Courte, il n’a que 56 ans. C’est le plus jeune général de France. Le dernier dimanche de juin, il défile avec ses troupes dans la grand-rue, pour commémorer le 700ème anniversaire de la bataille de Bouvines. Deux mois plus tard, fin août, il est mort ! C’est le premier général de France tombé au champ d’honneur. On imagine le choc, l’impact de cette mort au début de la Grande Guerre, sur la population de Bouvines.

 

C’est sur la base de cette fantastique histoire que la commune a ouvert le dossier de restauration de la Fontaine Saint-Pierre. Il s’agit de l’assainir, d’en refaire la maçonnerie et la peinture, et surtout d’en aménager les accès par la rue du Général Deffontaines et la ruelle de la Fontaine Saint-Pierre. Tout le monde s’y est mis : les propriétaires actuels du « Petit Château », la commune elle-même, le Conseil Régional, et le Conseil Général. Le dossier est ficelé. Les travaux vont pouvoir commencer. Il fait aussi appel à une souscription pour plusieurs milliers d’euros, par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine*. Parce qu’on imagine bien à Bouvines que cette petite fontaine doit être l’affaire de tous : institutions, particuliers, entreprises, associations locales, régionales et nationales. Pour son Roi et son Général ! ED (CLP) -