Philippe-Audjusse En Chti

Qui ch’est l’pus grand de tous les rois d’France ?
Certains maboules vous diront p’tet que ch’est Louis XIV…
Et l’aute jour que j’interrojo mes p’tits infants la’d’sus,
y n’da un qui m’a répondu qu’chétot Zidane et l’aute qu’chétot  Napoléon…! C’est du n’importe quo… !
Mi, j’vas vous l’dire, l’pu fort eud tertous les rois d’France…
C’est Philipe-Audjusse !

Pourquo justemint Philippe-Audjusse ?
Parce que c’est un roi qui avo du goût et qui savo aller là où qui a plein d’bielles choses à vir et des gins sympathiques et c’est pour cha qu’un bieau jour eud juillet 1214, y’est venu passer un p’tit momint din not villache eud Bouvines… !  J’va vous raconter s’nhistoire…

Et cha, c’est pas du racontache, parce je l’tiens de l’bouque même eud d’min grand père, qui m’a l’a racontée et y l’avo su à sin grand-père, qui li même l’avo appris d’sin grand-père et comme cha d’génération en génération, eud pu Philippe-Audjusse.
Un biau jour, bien lon d’ichi, à Paris, Philippe-Audjusse, yétot parti a l’Tour Eiffel, histoire de r’vétier par audzeur si tout s’passo bien din sin royaume et au soir in rentrant à s’majon, yétot ben fatigué d’avoir monté et déchindu tous ces marches d’eul Tour et ché qui n’da gramint des marches pour arriver in haut… !

Vous n’avez qu’à m’dire, qu’y aro du printe l’ascenseur, mais fo savoir pour bien comprinte eul récit, qu’in 1214 on n’avo pas incore inventé l’ascenseur…!
Bref, rintré à s’majon , y’a ouvert eul télévision et quo qui apprin d’eul bouque même eud Poivre d’Arvor, parce que fo vous dire aussi qui n’avo qu’eune seule chaine à ch’tépoque din l’télévision ; y’apprin donc que, des Allemands, des Inglés et aussi d’ces putains d’Flamins, y sont arrivés din ch’Nord et qui se sont mi din l’tiète eud li printe sin royaume… !

Sin sang n’a fait qu’un tour dans ses veines et al minute y a bondi déhors eud sin fauteul et y a appelé au téléphone sin ministre eud la guerre et y li a ordonné d’réquisitionner eune paire eud T.G.V, pour arriver de bonne heure dans ch’Nord eul lindemain au matin…

Y avo justemint un préavis d’gréve dans les qu’mins d’fer, contre eul C.P.E, mais y a négocié avec la C.G.T et ça a pu s’arringer !

Arrivé au Méchamez par l’Eurostar, y a fait débarquer tout s’narmée in pleine campagne, par ce qu’y avo repéré eud loin not égliche, et que not’égliche chétot eul pu bielle qui avo vu depus Paris. Ensuite, après avoir passé eul pont d’eul Marque, y a été s’assir tout prés d’eul fontaine St Pierre pour casser la croûte.

Vous m’direz, pourquo qui ne s’est pas plutôt arrêté au « Bleu régal », cha on n’a jomais compris, mais y devo avoir oublié d’réserver eune plache, et puis faut dire qu’y avo p’téte envie d’minger l’pic-nique que s’femme, la reine Ingebruge, elle lui avo préparé (faut dire aussi intre parenthèses, qui ne devo pas être très bon sin sandwich, parce que l’année d’après en 1215, y a fait infermer s’femme Ingebruge à Cysoing et entre nous pour l’mettre à Cysoing, dans un triste pays comme cha, fallo vraimint qu’elle a exagéré sur l’moutarde du sandwich, car depuis ch’temps là y a une expression qui est restée din languache courant et qui dit « que l’moutarde elle li a monté au nez… » !

Philippe-Audjusse avec sin gva blanc et sin casque, sur les pavés d’eul Croix Au fond l’villache et l’égliche eud Bouvines. Escusez l’qualité des photos, c’hé des viéles… !

Après qui a eu fini sin casse-croûte, y est parti al messe à l’égliche et là fo dire qui a réussi et qu’y a pas du courir à Grujon ou bin à Chérin, parce qu’à ch’temps-là, c’hétôt comme maintenant, les tchurés y n’voulottent pas gramint ouvrer et y « planifiaient » comme on dit achteur et on n’avo l’messe qu’eune fo par mo à Bouvines.

Après l’messe, y ne s’est pas trop attardé à r’vétié les vitraux, mais y a repéré eune paire de qu’vos  din l’pâture à Desmarescaux, et y les a réquisitionné séance tenante pour que ça fasse d’époque sur les photos (quo qu’les gens y aurotes dit dans l’villache, si y’avo pris s’bielle auto, là y aro suremint passé pour un grand-tchu !).
Et le vla parti, à l’tiéte de s’narmée, du coté d’eul Capelle aux Arbres ; arrivé là, comme y éto pas con du tout et qui faiso eune caleur d’ours, y sé mi a l’ombre des grands arbres d’eul Capelle pour faire eune petite sieste. Et ch’est même d’pus ch’tépoque qu’on dit qu’la sieste est profitable, car acoutez bien la suite…

Pendant qui faisot sin p’tit roupillon, les Flamins, les Inglés et les Allemands, y on rien treuvé d’mieux que de s’installer du côté du café d’ l’Arbre, là où qui passe eul Paris-Roubaix ; alors c’qui devo arriver arriva et l’biére du bistrot de l’Arbre, d’eul 3 monts, d’eul Jupiler et d’eul Bush ( pas l’président de l’Amérique qui n’éto pas incore venu au monde), et bin, eul biére du bistrot, elle a donné un bon coup main à Philippe-Audjusse, parce vers les tros heures eud l’après-midi, juste au momint où y s’est réveillé, tous les coalisés y zétotent pleins comme des boudins, à s’rouler leur ventre par terre

Les soldats d’Philippe-Audjusse y n’ont eu qu’à les z’imbrocher les uns après les autes, et y n’davo tellemint qui zont du les zinterrer au mont des Tombes sur chinq métres de haut et même qu’on peut encore monter sur leu ventre aujourd’hui, huit cents ans pu tard..

Après l’bataille, eul roi Philippe y est revenu au villache et là, y a pris l’temps s’arréter et de s’assir un  p’tit momint au café d’l’Alleumette.

Quo qu’y a bu, on ne l’saura jamais, parce que Marguerite et Héléne, les matantes à Jeannot qui tenotent eul cabaret à c’tépoque y n’ont point voulu l’dire, mais c’est bien là, en sortant du bistrot, qu’y a bourlé in bas sin q’va, et y s’est même cassé l’portrait sur les pavés juste à l’implachement d’eul pyramide, et c’est depuis ch’temps-là, qu’les pavés du Nord y zont eune si mauvaise réputation.

Eul maire eud l’époque, un nommé Félix Debas, qui s’étot précipité pour l’eurlever, y en a profité pour li faire poser l’premier pavé d’eul Pyramide et même que Philippe-Audjusse y a fé un biau geste et pour eul remercier de s’naccueuil, y l’a méme anobli sur plache et que d’Félix Debas y a pu s’appeler Félix Dehau.

Après tous ces événemints,  eul roi y é parti dormir ; où et avec qui, on n’en sait pas, mais les mauvaises langues racontent que neuf mos pus tard y est apparu un petit garchon qui par la suite a fait souche din l’village et qu’on a justement appelé en souvenir de ce dimanche 27 juillet 1214, « Bataille de Bouvines ».